Archives de Tag: maison de dressage

L’esclavage existe encore en France

Abysse Bjelinka est grande et belle. Une jeune femme brune élancée. Très souriante aussi, avec un léger écart entre les dents qui lui fait les dents du bonheur. Quelle ironie. Abysse Bjelinka a les dents du bonheur et un passé d’esclave. Sexuelle.

L’esclavage sexuel ce n’est pas de la prostitution. Une prostituée couche avec des hommes en toute liberté. Peut-être qu’elle n’est pas née libre, si l’on ne naît pas libre de son milieu, de sa société, de sa culture. Mais avec la part de liberté qui est impartie aux hommes, une prostituée décide par choix de coucher avec des hommes contre de l’argent. Elle n’y est pas forcée.

Une esclave sexuelle ne décide pas, elle ne décide rien. Elle est attirée dans un piège ou simplement kidnapée, et se retrouve esclave. Séquestrée pendant des mois dans des "maisons de dressage", où à force de drogues, de coups et de viols, elle doit devenir "docile", elle est ensuite revendue à d’autres hommes, sur d’autres continents.

Abysse refuse de dire comment -"pour des raisons de sécurité"- mais elle s’en est sortie: c’est un cas rare. 99% ne s’en sortent jamais. Le fait qu’elle soit française n’est pas commun non plus: la plupart sont originaires de pays pauvres, d’Europe de l’Est et d’Afrique noire. Mais ce n’est pas un cas unique.

Abysse est maintenant présidente fondatrice de l’ONG GIPF: groupement international de paroles de femmes, et initiatrice de la journée de lutte contre l’exploitation sexuelle qui se déroulait aujourd’hui.

more about "Abysse Bjelinka", posted with vodpod

La traite des êtres humains toucherait en Europe jusqu’à 500 000 personnes.

1 commentaire

Classé dans Société